De quelle « humeur » êtes-vous ?

Cher(e) ami(e),

Il y a 2500 ans en Grèce, quand Hippocrate demandait à ses patients :

« De quelle humeur êtes-vous, Monsieur ? »

Il ne voulait pas savoir si vous vous étiez levé du bon pied ou non !

Non. Cette question faisait plutôt référence à ce que le Père de la Médecine avait créé : la « théorie des humeurs ».

Aujourd’hui, on la connait comme la base de la médecine d’Hippocrate, aussi appelée médecine Unani. Cette théorie a d’ailleurs servi de modèle principal dans la pratique médicale pendant 2000 ans.

Selon Hippocrate, les 4 éléments de l’univers (Air, Feu, Eau, Terre) seraient présents dans notre corps sous la forme de 4 liquides qu’il a nommé « humeurs » :

  • l’élément Air correspond à l’humeur Sang ;
  • l’élément Feu correspond à l’humeur Bile jaune ;
  • l’élément Eau correspond à l’humeur Lymphe ;
  • l’élément Terre correspond à l’humeur Bile noire.

Pour Hippocrate, vous atteignez la pleine santé lorsque vos humeurs sont bien proportionnées les unes par rapport aux autres dans votre corps.

À l’inverse, la maladie survient quand une « humeur » est en excès par rapport aux autres.

Or dans la nature, les éléments sont en perpétuel mouvement et entraînent inévitablement des déséquilibres dans notre corps.

C’est pourquoi nous avons tous une humeur prédominante… mais qui peut changer selon les circonstances. Cette énergie dominante définit notre tempérament : sanguin, colérique, lymphatique ou mélancolique.

Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

Les Humeurs d’Hippocrate, c’est comme les doshas en Médecine ayurvédique !

Hippocrate n’avait donc rien inventé ?!

3000 ans avant lui, les médecins ayurvédiques avaient aussi identifié comment les éléments influencaient nos humeurs ! En Ayurvéda, on parle des doshas (Vata, Pitta, Kapha) ! On pourrait ainsi dire que :

  • Vata (éléments Air et Éther) = tempérament sanguin ;
  • Pitta (Feu et Eau) = tempéraments colérique et lymphatique ;
  • Kapha (Eau et Terre) = tempéraments lymphatique et mélancolique.

Pour vous aider à mieux comprendre, j’ai tout regroupé dans ce tableau :

Le but en médecine Unani, c’est de rétablir l’équilibre entre vos humeurs (ligne orange dans le tableau) pour soutenir vos mécanismes d’autoguérison.

En Ayurvéda, on va plutôt rééquilibrer vos doshas (ligne verte dans le tableau) pour prévenir l’apparition des maladies, voire soigner un déséquilibre déjà installé.

Comment ? Avec 2 mots d’ordre :

Bonne diététique et plantes médicinales : la base de la thérapie dans toutes les traditions du monde !

Il faut savoir que jusqu’au début du XXe siècle, la médecine par les plantes constituait la base de la médecine dans toutes les traditions du monde (Ayurvéda, médecine chinoise, Unani, chamanisme…).

Bien sûr, c’était avant que la médecine chimique n’impose l’idée (fausse !) que les microbes seraient la cause de toutes nos maladies. Car, dans ce cas :

Comment expliquer qu’un virus comme le Covid-19 ne frappe pas avec la même intensité chaque individu qui y est exposé ?

Comment justifier que certaines personnes restent asymptomatiques quand d’autres sont hospitalisés en soins intensifs ?

D’ailleurs, le célèbre médecin Antoine Béchamp s’est opposé durant toute sa carrière à l’idéologie pasteurienne, et proclamait haut et fort :

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout. »

Pasteur lui-même avait fini par reconnaître à la fin de sa vie que Béchamp avait raison !

Si l’on suit la théorie des humeurs, la cause des maladies ne serait donc pas le microbe en lui-même, mais un déséquilibre de notre tempérament.

En Médecine ayurvédique, on parle plutôt de déséquilibre des doshas.

Deux approches qui disent la même chose : soigner le patient dans sa globalité (corps physique + état émotionnel + environnement) plutôt que de viser le symptôme seul.

Et pour Hippocrate, le Père de la Médecine, « la guérison temporaire par les médicaments ne rétablit pas l’équilibre des humeurs, si bien que la maladie se reproduira tôt ou tard, ou se manifestera à un autre endroit du corps ».

Aujourd’hui, on sait qu’Hippocrate s’est inspiré de l’Ayurvéda pour créer la médecine Unani[1] ! Et le ministère indien de la santé, AYUSH, l’a même intégrée aux côtés de l’Ayurvéda dans ses recommandations officielles[2].

Et surtout, les études qui prouvent la haute efficacité de ces approches se multiplient en ce qui concerne le traitement :

  • de l’hypertension[3], de l’athérosclérose[4] et des hémorroïdes[5] (des maladies qui touchent essentiellement les tempéraments sanguins) ;
  • de l’hypothyroïdie[6], du diabète[7] et des inflammations[8] qui touchent plutôt les tempéraments lymphatiques ;
  • des rhumatismes[9], des hépatites[10] et des allergies[11] qui concernent majoritairement les colériques ;
  • des insomnies[12], de la dépression[13] et des flatulences[14] qui concernent enfin les mélancoliques.

Malgré cela, beaucoup de personnes continuent de se reposer uniquement sur la médecine occidentale. Et c’est vraiment dommage quand on sait que :

Les médecines ancestrales ne prônent qu’un appel au bon sens

L’usage des plantes médicinales, l’exercice physique, le sommeil, la gestion des émotions, la connaissance de soi et la diététique[15] ont une grande importance dans toutes ces médecines traditionnelles.

Donc si la Médecine ayurvédique est considérée comme « la Mère de toutes les médecines », il est rassurant de voir que les autres médecines traditionnelles comme celle d’Hippocrate disent la même chose, simplement avec des mots différents.

Pour ma part, je suis intimement convaincu par les médecines ancestrales avec, je l’avoue, une préférence pour l’Ayurvéda parce qu’elle est la médecine pionnière.

Je vous dis à très vite.

Prenez soin de vous.

Antoine Harben


[1] https://main.ayush.gov.in/ayush-systems/unani/introduction/

[2] http://nium.in/

[3] Nafees, S., Rahman, S.Z. & Amin, K.M.Y. Evaluation of anti-hypertensive activity of ancient Unani cardiovascular drug “Saad Kufi” (Cyperus scariosus) in adrenaline-induced hypertensive rats. Futur J Pharm Sci 6, 124 (2020). https://doi.org/10.1186/s43094-020-00142-x

[4] https://www.hilarispublisher.com/proceedings/novel-drugs-unani-formulation-prevent-cholesterol-formation-in-rats-susceptible-to-atherosclerosis-by-high-cholesterol-diet-23858.html

[5] Yousefi M, Mahdavi MR, Hosseini SM, et al. Clinical Evaluation of Commiphora Mukul, a Botanical resin, in the Management of Hemorrhoids: A randomized controlled trial. Pharmacogn Mag. 2013;9(36):350-356. doi:10.4103/0973-1296.117832

[6] Alam MA, Quamri MA. Herbal preparations in the management of hypothyroidism in Unani medicine. Drug Metab Pers Ther. 2020 Jul 21:/j/dmdi.ahead-of-print/dmdi-2020-0123/dmdi-2020-0123.xml. doi: 10.1515/dmdi-2020-0123. Epub ahead of print. PMID: 32692699.

[7] Fazil M, Nikhat S, Ali I. An Insight into Unani Hypoglycemic Drugs and Their Mechanism of Action. Comb Chem High Throughput Screen. 2021;24(2):165-176. doi: 10.2174/1386207323666200717143540. PMID: 32679015.

[8] Ganga B, Wadud A, Jahan N, Ajij Ahmed Makbul S. Anti-inflammatory and analgesic activity of Habbe Gule Aakh, A polyherbal Unani formulation in animal models. J Ayurveda Integr Med. 2021 Jan-Mar;12(1):9-12. doi: 10.1016/j.jaim.2018.01.001. Epub 2018 Nov 7. PMID: 30414716; PMCID: PMC8039358.

[9] Tarannum A, Sultana A, Ur Rahman K. Clinical efficacy of certain Unani herbs in knee osteoarthritis: A pretest and post-test evaluation study. Anc Sci Life. 2016;35(4):227-231. doi:10.4103/0257-7941.188185

[10] https://www.cochranelibrary.com/central/doi/10.1002/central/CN-01891878/full

[11] Abdul L, Abdul R, Sukul RR, Nazish S. Anti-inflammatory and Antihistaminic Study of a Unani Eye Drop Formulation. Ophthalmol Eye Dis. 2010;2:17-22. Published 2010 Mar 10. doi:10.4137/oed.s3612

[12] Liu L, Liu C, Wang Y, Wang P, Li Y, Li B. Herbal Medicine for Anxiety, Depression and Insomnia. Curr Neuropharmacol. 2015;13(4):481-493. doi:10.2174/1570159×1304150831122734

[13] https://www.cochranelibrary.com/central/doi/10.1002/central/CN-02238009/full

[14] Larijani B, Esfahani MM, Moghimi M, et al. Prevention and Treatment of Flatulence From a Traditional Persian Medicine Perspective. Iran Red Crescent Med J. 2016;18(4):e23664. Published 2016 Jan 31. doi:10.5812/ircmj.23664

[15] https://ayushportal.nic.in/pdf/Document_Nutritional.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.