Skip to main content
– Article mis à jour le 5 juin 2018 – 

Connaissez-vous les EMI, ces sidérantes « expériences de mort imminente » (near death experience) ?

Avez-vous entendu parler des expériences de « sortie du corps » (out of body experience) ?

Que pensez-vous des phénomènes dits « paranormaux » comme la télépathie, la clairvoyance ou les facultés de « medium » ?

Si tout cela vous paraît fantaisiste, je vous comprends : j’étais comme vous, trop « rationnel » pour croire à ces choses-là.

Et pourtant…

Accrochez-vous bien à votre siège, car la lettre d’aujourd’hui va sans doute vous « secouer ».

L’histoire de Pamela et Nicolas bouleverse tout ce que les scientifiques croyaient savoir des rapports entre corps et esprit.

En état de « mort clinique », elle voit et entend tout !

Pamela Reynolds est une mère de famille américaine. Elle vit tranquillement, jusqu’en 1991, date à laquelle on lui découvre un anévrisme au beau milieu du cerveau.

Un anévrisme, c’est une veine qui se dilate pour prendre la forme d’un petit ballon, gonflé de sang.

Ce n’est pas grave en soi… mais si le ballon éclate, une hémorragie de sang inonde votre cerveau, et vous pouvez mourir en quelques minutes.

Justement, l’anévrisme de Pamela est au bord de la rupture. Elle est en danger de mort.

Et le pire, c’est qu’il semble impossible de l’opérer.

Alors son neurochirurgien, le Dr Robert Spetlzer, décide de tenter l’impossible.

Pour atteindre l’anévrisme, il décide de vider totalement de son sang le corps de Pamela.

Normalement, un cerveau privé de sang meurt en quelques minutes… sauf dans un cas : si la température du corps est abaissée à 15,5 degrés.

C’est donc dans cet état glacial que Pamela a été placée, en arrêt cardiaque, pendant 45 minutes.

Evidemment, son cerveau n’émettait plus aucun signal électrique (électroencéphalogramme plat).

En un mot, elle était en état de mort clinique.

Scientifiquement, il est donc impossible qu’elle puisse voir ou entendre quoi que ce soit.

Et pourtant…

Ce que Pamela raconte à son réveil va sidérer le monde entier.

Au moment de l’arrêt de son « cerveau », elle s’est sentie « sortir de son corps » :

« Tout d’un coup, je suis sortie par le haut de ma tête. Je voyais ce corps en bas et je savais que c’était mon corps. Je regardais autour de moi. J’étais plutôt contente. Je n’avais plus mal »

Son esprit flottait « au-dessus » de la table d’opération, capable d’observer le petit monde qui s’affairait autour de son corps « mort » :

« J’ai remarqué que mon médecin avait un instrument dans la main qui ressemblait à une brosse à dents électrique. Il y avait un emplacement en haut qui ressemblait à l’endroit où on met l’embout. Mais quand je l’ai vu, il n’y avait pas d’embout. J’ai regardé vers le bas et j’ai vu une boîte ; elle m’a fait penser à la boite à outils de mon père quand j’étais enfant.

À peu près au moment où j’ai vu l’instrument, j’ai entendu une voix de femme. Je crois que c’était la voix de ma cardiologue. Elle disait que mes veines et mes artères étaient trop étroites pour évacuer le sang et le chirurgien lui a dit d’utiliser les deux côtés. »

Et en effet, c’est exactement ce qui s’est passé.

Une enquête rigoureuse, menée par le cardiologue américain le Dr Michaël Sabom, a établi que tout ce qu’avait raconté Pamela Reynolds était exact.

Elle avait donné des détails précis… alors que son cerveau ne fonctionnait pas !

Et ce n’est pas tout.

Pamela a ensuite vécu une expérience extraordinaire :

« J’ai soudain senti une présence et quand je me suis retournée, j’ai vu un minuscule point lumineux. Il semblait très éloigné et quand je m’en suis approchée, j’ai entendu ma grand-mère m’appeler. Je suis aussitôt allée vers elle et elle m’a gardée tout près d’elle.

Et plus je me rapprochais de la lumière, plus je commençais à voir des gens que je reconnaissais. J’étais impressionnée par le fait que ces gens avaient l’air merveilleux. Ma grand-mère n’avait pas l’apparence d’une vieille femme ; elle était radieuse. Tout le monde avait l’air jeune, sain et fort. Je dirais volontiers qu’ils étaient de la lumière, comme s’ils portaient des vêtements de lumière et comme s’ils étaient faits de lumière.

Ils ont communiqué avec moi. Je n’ai pas d’autres mots pour expliquer cela parce qu’ils ne parlaient pas comme vous et moi ; ils pensaient et j’entendais. Ils ne voulaient pas que j’entre dans la lumière. Ils disaient que si j’allais trop loin, ils ne pourraient plus me relier à mon moi physique »1.

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, c’est le récit assez « classique » d’une expérience de mort imminente.

Ce mystérieux « tunnel » est-il la frontière entre vie et mort ?

Classique ? Oui, car le phénomène est reconnu par la médecine.

La première étude formelle a été publiée en 2001, dans le journal médical le plus respecté au monde, The Lancet 2.

Le cardiologue hollandais Pim van Lommel a montré que les expériences de « mort imminente » concernent 1 patient sur 10 en arrêt cardiaque.

C’est donc un phénomène assez courant… au moins depuis que notre médecine d’urgence parvient à nous « ramener à la vie » !

Après un arrêt cardiaque, notre cerveau s’arrête de fonctionner en 15 secondes. Normalement, c’est la mort certaine.

Mais avec les techniques modernes de réanimation, les gens « reviennent de la mort ».

Et ce qu’ils racontent est tout simplement fascinant.

Certains se sont vu avancer dans le fameux tunnel. D’autres, comme Pamela, ont décrit des rencontres avec des proches décédés.

Beaucoup ont expliqué avoir eu un sentiment de plénitude émotionnelle.

Tout cela, alors que leur cerveau est censé être totalement inactif !

Evidemment, les scientifiques se donnent beaucoup de mal pour trouver des explications « rationnelles » à ce mystère.

Mais à ce jour, aucune théorie purement « neuroscientifique » n’est totalement convaincante.

Alors des médecins et chercheurs plus ouverts n’hésitent pas à casser un tabou :

« La survenue de perceptions, de pensée logique pendant une période de mort clinique nous posent des questions inédites et troublantes sur la notion actuelle de la conscience et de son rapport aux fonctions cérébrales. La conscience n’est peut-être pas strictement dépendante du cerveau » 3, dit le Dr van Lommel.

Autrement dit, notre esprit conscient a peut-être une existence propre, indépendante de notre cerveau et de l’activité neuronale.

S’il est un médecin français qui en est convaincu, c’est le Dr Charbonnier, grand spécialiste des EMI :

« Les gens qui témoignent de ce qu’ils prétendent avoir « vu » pendant l’arrêt de leur cerveau sont bien, techniquement, « cérébralement morts ». Cela est indubitable. Comment expliquer alors que des témoins, dont le cerveau ne fonctionne pas, soient capables de raconter ce qu’ils ont vu, entendu, senti, y compris ailleurs que dans la salle où ils sont ? Et que ce soit vérifiable par les personnes présentes. »

Notre esprit pourrait-il « survivre » à la mort du corps ? Est-il vraiment possible qu’il puisse se « détacher » du corps ?

La science est incapable de répondre « oui » ou « non », de façon formelle.

Mais certains faits font sacrément pencher la balance vers le « oui » !

Si l’histoire de Pamela ne vous a pas ébranlé, vous ne perdez rien pour attendre.

Car celle de Nicolas est encore beaucoup plus folle.

L’homme qui peut sortir de son corps « à volonté »

Nicolas est un Grenoblois sans histoire d’une trentaine d’années.

Enfin, sans histoire n’est pas tout à fait le mot.

Car Nicolas dit avoir un « don » : celui de pouvoir sortir de son corps, quasiment sur demande.

Selon lui, son esprit peut se rendre dans des lieux éloignés de plusieurs kilomètres et « voir » précisément ce qui s’y passe, en temps réel.

Aberrant ? Impossible ?

Deux scientifiques ont montré le contraire dans un livre stupéfiant : Voyage aux confins de la conscience – Le cas Nicolas Fraisse – 10 années d’exploration scientifique des sorties hors du corps.

Vraiment, si vous croyez que je suis en train de perdre la raison, je vous implore de lire ce livre en intégralité.

Cette lecture a totalement bouleversé ma vision de l’esprit.

Et je précise tout de suite que je ne suis pas le seul.

De nombreux reportages TV ont été consacrés à son cas extraordinaire, comme celui-ci, du très sérieux journal de France 3.

Dans une émission de la télévision officielle suisse, Nicolas a même réalisé une « sortie du corps » devant les caméras !

A la demande des journalistes, son « esprit » s’est rendu à la boulangerie au coin de sa rue.

Il y décrit ce qu’il voit… des détails impossibles à deviner… qui sont confirmés en temps réel par des complices de l’équipe de télé postés dans la boulangerie !

C’est troublant, évidemment.

Mais ce qui m’a vraiment chamboulé, c’est le récit clair, précis et circonstancié de la scientifique Sylvie Dethiollaz dans son excellent livre consacré à Nicolas.

Pendant 10 ans, Sylvie Dethiollaz et le psychologue Charles Fourrier ont « étudié » Nicolas Fraisse, recueillant ses récits et réalisant des expériences.

Une expérience de clairvoyance sous constat d’huissier

Je ne peux pas vous retracer ici toutes les histoires renversantes contenues dans le livre, car je ne veux pas que vous me preniez pour un fou.

Alors je me contenterai de deux expériences étonnantes, réalisées selon des critères scientifiques les plus rigoureux.

Sylvie, Charles et Nicolas sont dans une pièce. Dans la pièce d’à côté, un ordinateur projette une image au hasard. Aucun des trois ne peut savoir laquelle.

Eh bien à chaque fois que l’esprit de Nicolas a réussi à se rendre dans la pièce d’à côté, il a décrit la bonne image dans 7 cas sur 7.

Encore plus fort : dans une expérience réalisée sous contrôle d’huissier, Nicolas Fraisse a fait preuve d’un autre don, celui de clairvoyance.

Une image est placée dans des enveloppes opaques. Nicolas ne peut pas la voir.

Mais on lui montre 4 images – et une d’entre elles correspond à l’image dans l’enveloppe.

Nicolas doit deviner laquelle.

S’il répond au hasard, Nicolas doit obtenir 25 % de bonnes réponses environ.

Mais lorsqu’il a commencé à placer ses mains au-dessus de l’enveloppe, un phénomène inouï s’est produit.

Une « voix intérieure » lui décrivait ce que contenait l’enveloppe.

Je n’ose pas vous raconter ici ce qui s’est passé concrètement, car cela dépasse l’imagination.

Mais sachez simplement que, dans cette expérience scientifique réalisée sous le contrôle du plus respecté des huissiers de la ville de Genève…

…Nicolas a obtenu 79 bonnes réponses sur 100 !

Les mathématiciens ont fait le calcul : il y a 1 chance sur 69 milliards de milliards que ce taux de bonne réponse puisse être dû au hasard !

Pourquoi je vous raconte tout cela

Vous vous demandez peut-être le rapport entre tout ceci et la santé ?

Le lien est pourtant crucial, vital.

Si la conscience peut réellement sortir du corps, cela ouvre des perspectives inouïes pour la médecine.

Prenez cette confidence sidérante que m’a faite un ami médecin, le Dr G.

C’est un homme parfaitement rationnel, la tête sur les épaules… mais très ouvert d’esprit.

Alors, il y a quelques années, il s’est formé aux thérapies quantiques.

L’une d’elles consiste à soigner à distance, par l’intention.

Un exemple : un de ses amis s’est plaint auprès de lui au téléphone d’un douloureux mal d’épaule.

Après avoir raccroché, le Dr G se concentre pour le « soigner »… et reçoit quelques minutes plus tard un appel de son ami éberlué : « Je ne sais pas ce que tu as fait, mais la douleur s’est envolée » !

Quand le Dr G m’a raconté cette histoire, j’étais persuadé que c’était impossible.

Aujourd’hui, je n’ai plus aucune certitude.

Si des phénomènes aussi renversants que des « sorties hors du corps » sont possibles, pourquoi pas des guérisons à distance, par la simple force de la pensée ?

Les traditions du monde entier rapportent des « guérisons miraculeuses » par la simple imposition des mains de thérapeutes ayant un don particulier.

Les « prières » secrètes des coupeurs de feu sont si précieuses pour guérir les grands brûlés que les hôpitaux font de plus en plus appel à eux.

Quels autres « miracles » sont-ils encore possibles ?

Serait-il possible d’acquérir soi-même ces facultés hors normes pour se soigner, soi-même et ses proches ?

PS : Plus que jamais, j’attends vos réactions, chers amis du projet E.

Selon vous, est-ce que je vais trop loin en évoquant ces phénomènes à la frontière de la médecine ?

Etes-vous en train de perdre confiance en mon jugement rationnel ?

Ou bien partagez-vous mon avis : ces découvertes sont trop troublantes et importantes pour être cachées au grand public.

Dites-le moi, ici, en commentaire de cet article.

Sources

  1. Citation intégrale retranscrite dans le livre du Dr Jean-Jacques Charbonier, Les 7 bonnes raisons de croire à l’au-delà, Guy Tredaniel Editeur, 2012.[]
  2. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2801%2907100-8/abstract[]
  3. http://www.lagruyere.ch/2013/10/il-vu-la-lumi%C3%A8re-de-la-mort.html[]

1 172 commentaires

  • Michelot dit :

    Vos déclarations ne me surprennent nullement. Depuis ma tendre enfance, dans le pays dit “des sorcières” (le Berry), il y a nombre de ces personnes capables de nous emporter au delà du rationnel. Ma mère m’a transmis le don pour “barrer le feu”, ce qui fonctionne parfaitement, et que j’ai transmis à ma petite-fille. Dans la tradition qui m’a été enseignée, on ne peut transmettre qu’à une personne du sexe opposé et plus jeune. Sinon, la chaîne s’arrête. Et ce serait dommage. Mais pour entrer dans ce monde “au delà de l’imaginable”, il est absolument nécessaire d’être persuadé qu’une “force extérieure existe”, et que nous ne sommes que des exécutants choisis. Respecter ces “forces” et communiquer souvent avec elles est un des éléments essentiels. Nous ne sommes que des “petits” face à cette spiritualité, que, dans mon éducation, nous appelons Dieu. Depuis de nombreuses années, je me suis essayé au pendule. Il répond très bien à mes sollicitations, mais je ne l’ai vraiment utilisé que quelques fois. Je n’ai donc qu’une expérience limitée dans ce domaine. Mais les essais ont été concluants.
    Enfin la médecine commence à se poser la question ! Sauf, bien entendu ceux qui se prennent pour les Maîtres du monde et qui ne connaissent pas l’humilité devant ces forces surnaturelles. Les pauvres….
    Merci de votre article, continuez sur ce sujet, je suis très preneur.

  • Barbara dit :

    Il est important que vous en parlez et écrivez car je suis certaine que ces possibilités existent, et ceci depuis longtemps dans les traditions anciennes de guérison. De plus, j’en ai fait moi-même l’une ou l’autre de ces expériences.
    Donc, oui, continuez.

  • Marie-Christine dit :

    Rien de nouveau : la Bible en parle depuis 2000 ans, ce n’est que notre corps de chair qui meurt et nous aboutissons alors dans l’éternité selon notre choix ici-bas, soit dans la présence merveilleuse de Dieu par la foi en son Fils Jésus-Christ, soit dans les ténèbres et terribles tourments auprès de satan. Lisez la Bible, Parole de Vérité et de salut ! Dieu vous bénisse dans vos travaux et recherches.

  • Andre dit :

    Bonjour 👋, ces informations par votre biais nous ouvre l’esprit des possibilités couvre la science du corps humain et de ses possibles phénomènes…!

    Bonne soirée au plaisir de vous lire.

    Thierry.

  • Anonyme dit :

    Ce qui me fascine c’est la possibilité qu’ont les sujets “décorporés” de voir leur environnement sans cristallin pour ajuster la netteté, sans iris pour doser la quantité de lumière, sans cellules de rétine pour produire des substances chimiques capables de réagir à un type de photon mais comme elles limité à trois couleurs, sans le câblage neuronal sous la rétine pour améliorer les contours, si l’esprit est capable de voir sans l’oeil pourquoi l’évolution nous a-t-elle doté d’un appareillage si complexe ?
    Et on peut en dire autant de la perception des sons, sans parler des possibilités de déplacement…

  • Valérie Thomassin dit :

    Merci pour cet article. J ai moi même une amie gueriseuse qui me soigne avec son guide et c est formidable, les effets sont quasi instantané. et je ressent leur amour quand elle intervient en posant ses mains ou ceux de son guide plutôt.
    depuis longtemps j ai connu ces témoignages grâce aussi à l étude de l autre monde, du spiritisme…

  • Vincent Véro dit :

    Bonjour. Non vous n’lypas trop loin, j’y crois. Dans ma famille de génération en génération, on se transmet les prières des coupeurs de feu et cela fonctionne, même les médecins doivent reconnaître que les guérisons sont miraculeuses. Je crois plus dans les médecines douces que dans les médicaments chimiques remplis d’effets secondaires! Merci pour vos mails qui font du bien.

  • Mence dit :

    je pense que tout est possible.

Répondre à loye jocelyne Annuler la réponse